Chantiers sécuritaires SST

L’amiante, un danger pour la santé!

Nahla Ouari
Écrit par Nahla Ouari

Parmi les maladies professionnelles présentes dans le secteur de la construction, on retrouve les maladies pulmonaires causées par des poussières organiques et inorganiques, dont l’amiantose.

L’amiante est une roche naturelle fibreuse qui, par ses propriétés physiques et chimiques, a souvent servi comme isolant sur les chantiers de construction par le passé. À cause de son effet cancérogène, l’utilisation de l’amosite et de la crocidolite a été interdite au Québec depuis le 15 février 1990.

Notons que c’est sur les chantiers de construction que l’on retrouve la plus grande portion de travailleurs étant les plus susceptibles d’être exposés aux poussières d’amiante. Au Québec, l’employeur est dans l’obligation de minimiser l’exposition des travailleurs aux substances cancérogènes et doit prévoir des mesures de protection ainsi que des méthodes de travail sécuritaires pour réduire les risques d’exposition.

L’exposition aux fibres d’amiante dans l’air entraîne des maladies pulmonaires chroniques ainsi qu’un risque de cancer du poumon.

Voici quelques exemples de corps de métier étant les plus à risque :

  • Calorifugeurs
  • Câbleurs
  • Chaudronniers
  • Électriciens
  • Ferblantiers
  • Frigoristes
  • Manœuvres
  • Mécaniciens en protection des incendies
  • Plombiers
  • Poseurs d’appareils de chauffage
  • Soudeurs et tuyauteurs

Mesures à prendre avant les travaux

Avant d’entreprendre des travaux de rénovation, de démolition ou de maintenance où il y a un risque d’exposition aux poussières d’amiante, l’employeur doit identifier le type d’amiante contenu dans les matériaux, s’assurer s’ils sont friables ou non, estimer le danger selon les travaux à faire et prendre les mesures de prévention nécessaires pour assurer la protection de ses travailleurs. L’employeur a aussi l’obligation d’informer et de former ses travailleurs sur les dangers que représente une exposition aux fibres d’amiante (article 3.23.7 du Code de sécurité pour les travaux de construction).

S’il y a des travaux d’enlèvement ou de démolition impliquant de l’amiante sur un chantier de construction, une attestation de formation des travailleurs et une description des méthodes et des procédures de travail devront être transmises à la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) avec l’avis d’ouverture de chantier.

Le Code définit trois catégories de travaux selon le risque :

Travaux à risque faible

  • La manipulation d’articles manufacturés contenant de l’amiante non friable.
  • Le déblaiement de cloisons déjà installées avec un mastic de remplissage contenant de l’amiante.

L’employeur doit fournir un appareil de protection respiratoire aux travailleurs. Cet appareil doit être choisi, ajusté, utilisé et entretenu conformément à la norme CSA Z94.4-93.

Travaux à risque modéré

  • L’enlèvement total ou partiel de faux plafonds sous lesquels se trouve une matière friable.
  • Le recouvrement ou l’enlèvement de matériaux contenant de l’amiante.
  • Tout travail susceptible d’émettre de la poussière d’amiante.

L’employeur doit aussi fournir un appareil de protection respiratoire, des vêtements de protection jetables ou réutilisables.

Travaux à risque élevé

  • Les travaux sur des systèmes de ventilation ou l’isolation des immeubles qui contiennent de l’amiante par projection.
  • Le recouvrement de matériaux friables ainsi que la réparation, la modification ou la démolition de fours-chaudières fabriqués avec des matériaux friables.

L’employeur doit fournir des vêtements jetables ou réutilisables, un appareil de protection respiratoire de type demi-masque ou masque complet prévu au Guide des appareils de protection respiratoire utilisés au Québec.

La prévention, le respect de la réglementation ainsi que la sensibilisation aux risques associés à l’exposition aux fibres d’amiante sont des éléments importants devant être mis en place afin de protéger la santé de tous.

Pour plus de renseignements à ce sujet, consultez votre partenaire, le Service de la santé et sécurité du travail de l’APCHQ, en composant le 1 800 361-2037 ou par courriel à service-sst@apchq.com

À propos de l'auteur

Nahla Ouari

Nahla Ouari

Laissez un commentaire

Restez informé!

Recevez chaque mois, par courriel, les nouveautés du blogue et les dernières actualités de l’industrie.